Lucie Lamarche obtient le Prix Acfas Pierre-Dansereau

Posted on Tuesday, October 25, 2016

La Section de droit civil tient à féliciter Lucie Lamarche, professeure au Département des sciences juridiques de l’UQAM, et anciennement professeure à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa (Sections de droit civil et de common law), pour l’obtention du Prix Acfas Pierre-Dansereau pour l’engagement social du chercheur.  Le prix, créé en 2012 en l’honneur de Pierre Dansereau, est remis annuellement par l’Acfas à un(e) chercheur(e) afin de souligner l’excellence ou le rayonnement de ses travaux ayant contribué à améliorer la qualité de vie en société.

Lucie Lamarche a entamé sa carrière de professeure à l’UQAM dans les années 1980 en tant que chargée de cours, tout en travaillant comme avocate dans le milieu communautaire.  Tout au long de sa pratique, elle s’est investie afin de venir en aide aux personnes vulnérables, notamment dans des causes de violence conjugale et pour défendre le droit au logement décent.  Vers la fin des années 1980, elle a cessé de pratiquer le droit afin de devenir professeure titulaire à l’UQAM.

En 2007, Lucie Lamarche s’est jointe à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa, en tant que professeure et titulaire de la Chaire Gordon F. Henderson en droits de la personne.  En 2009, elle a accepté le poste de Directrice du Centre de recherche et d’enseignement sur les droits de la personne (CREDP).  Elle y est restée pour une période de 5 ans, jusqu’en 2013, avant de retourner à l’UQAM, où elle enseigne toujours.

Le parcours de la professeure Lamarche se distingue par des trajectoires de recherche, d’enseignement, de services aux collectivités et de publications dans les domaines des droits de la personne, du droit social et du travail, du droit international et des études féministes.  Ses travaux ont été notamment commandités par les Nations Unies, l’UNESCO, la Commission du droit du Canada, Condition féminine Canada, l’Association du Barreau canadien et le Conseil du statut de la femme du Québec.  Il ne va sans dire qu’elle mérite amplement cet honneur, et nous lui offrons nos félicitations les plus sincères.

Voir l’article à ce sujet dans Le Devoir.

Back to top