Avocat et engagé

Posted on Friday, February 28, 2014

Maître Johanne Brodeur pendant qu'elle livre sa présentation au sujet des avocats engagés dans leur profession et communauté.

Le jeudi 27 février dernier, la Bâtonnière du Québec, MeJohanne Brodeur était de passage à la Section de droit civil.

Discutant  d'abord du rôle grandissant de la justice participative au Québec, l'avocate souligna que les rôles des avocats et autres professionnels de la médiation seront appelés à  évoluer en symbiose avec cette demande afin de mieux répondre aux besoins de la population. Elle nota d'ailleurs que le ministre de la Justice du Québec reconnaissait cette évolution qui s’est traduite par des dispositions inédites Code de procédure civile pour mieux encadrer le recours à la justice participative.

Elle souligna le travail des universités dans la perpétuation d'une culture de pratique du droit au service des gens, encourageant les étudiants à découvrir les mérites de la justice participative. C'est dans ce contexte que la Bâtonnière a remis le prix de la justice participative du Barreau du Québec à l'étudiant en troisième année, François Beauregard - prix remis pour la meilleure note dans le cours de Médiation, conciliation et arbitrage, enseigné par Maître Serge Roy, avocat, médiateur et directeur du Service de résolution des conflits au Tribunal de la dotation de la fonction publique.

Par la suite, Me Brodeur a discuté du rôle de l’avocat dans la société : engagé dans sa profession et engagé dans sa communauté. Elle expliqua que la meilleure façon d'être pleinement engagé est d'être un leader dans son milieu, peu importe l'arène de sa vie - leader dans sa famille, leader au travail, leader dans sa communauté. Elle exhorta chaque étudiant à réaliser son plein potentiel et de chercher à faire une différence pour le bien des autres. 

S'adressant tout particulièrement aux femmes dans l'audience, Me Brodeur les a encouragées à conserver la passion du métier. La femme de carrière a notamment souligné qu'une proportion importante de femmes décroche de la profession juridique entre l'âge de 40 et 45 ans. C'est pourquoi elle a encouragé tout particulièrement les femmes à trouver l'équilibre dans leur vie et à chercher les ressources nécessaires pour demeurer comblées à titre d'avocate. 

Elle termina son allocution avec une vidéo présentée à l'occasion de l'ouverture des tribunaux de la Section de Montréal où l'implication de plusieurs avocats au service de leur communauté était mise en vedette.

C'est sur cette note inspirante que la Bâtonnière conclut qu'être avocat est bien plus qu'un métier, c'est une passion dont nous devons tous être fiers! 

Back to top