Faculté en bref

La doyenne

Marie-Eve Sylvestre, doyenne 


Marie-Eve Sylvestre occupe le poste de doyenne de la Faculté de droit, Section de droit civil, pour un mandat  de cinq ans débutant le 1erjuillet 2019 et se terminant le 30 juin 2024.

La professeure Sylvestre a été choisie doyenne au terme d’un processus de sélection compétitif qui a commencé au printemps 2018 avec l’annonce de la doyenne Céline Lévesque qu’elle ne souhaitait pas renouveler son mandat. 

« C’est un grand honneur et un immense privilège d’être la doyenne de la Section de droit civil! », a déclaré la professeure Sylvestre. « Je remercie le recteur Frémont, l’administration de l’Université d’Ottawa, ainsi que les étudiants, les membres du personnel et les professeurs de la Section pour leur appui précieux et leur confiance. La Section de droit civil s’appuie sur une longue tradition d’enseignement et de recherche juridique innovatrice, engagée et ouverte sur le monde et les autres disciplines. J’ai hâte de continuer à contribuer à ce projet collectif! »

« La professeure Sylvestre possède une expérience de presque 15 ans à la Section de droit civil et est une chercheuse et enseignante exceptionnelle, souligne la doyenne sortante Céline Lévesque. Avec ses qualités de leadership, je suis confiante que la Section sera entre bonnes mains. »

Marie-Eve Sylvestre est professeure titulaire à la Section de droit civil où elle détient la Chaire de recherche de l'Université d'Ottawa sur le droit et les politiques pénales et la régulation des personnes marginalisées. Elle enseigne le droit pénal, le droit des peines et la théorie du droit dans une perspective critique et multidisciplinaire. Elle a été professeure invitée à l'Université Paris X-Nanterre en 2010, directrice des études supérieures en droit de juin 2010 à juin 2012 et vice-doyenne à la recherche et aux communications de 2014 à 2017. Elle détient un baccalauréat en droit de l’Université de Montréal (LL.B. 1999 : Médaille d’or de la Faculté) et une maîtrise et un doctorat en droit de la Faculté de droit de l’Université Harvard (LL.M. 2002; S.J.D. 2007). Récipiendaire de nombreux prix et bourses dont la bourse de la Fondation Frank Knox Memorial et une bourse de doctorat du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada, elle a aussi été auxiliaire juridique auprès du juge Charles D. Gonthier à la Cour suprême du Canada en 2000-2001.

Ses travaux de recherche portent sur la criminalisation de la pauvreté et des conflits sociaux liés à l’utilisation des espaces publics en milieu urbain. Ils touchent notamment aux questions suivantes: l’itinérance, l'usage d'alcool et de drogues et la dissidence politique. Elle s'intéresse aussi aux mesures de rechange à la judiciarisation, notamment en contexte autochtone. Elle est l'auteure de nombreux livres, chapitres et articles en droit, criminologie et géographie. Son livre Red Zones: Criminal Law and the Territorial Governance of Marginalized People, co-rédigé avec Nicholas Blomley et Céline Bellot, paraîtra sous peu à Cambridge University Press.

La professeure Sylvestre est corédactrice en chef de la Revue canadienne Droit et Société et membre-fondatrice de l’Observatoire sur les profilages et du Réseau d’Ottawa pour la réduction des méfaits. Depuis 2016, elle agit à titre d’experte en matière de justice pour la Commission d’enquête publique sur les relations entre les Autochtones et certains services publics du Québec : écoute, réconciliation, progrès (CERP). Elle est membre de la Global Young Academy (2018-2023) et du Collège de nouveaux chercheurs et créateurs en arts et en science de la Société royale du Canada (2018-2025). En 2012, elle fut la première professeure de la Faculté de droit à remporter le prix Jeune chercheuse de l'année de l'Université d'Ottawa dans la catégorie arts, humanités et sciences sociales.

Marie-Eve Sylvestre est membre du Barreau du Québec, collaboratrice au Centre international de criminologie comparée et membre du Conseil d'administration de la revue Criminologie. Elle a agi à titre de spécialiste sur les questions de la judiciarisation de l'itinérance pour la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec, le Barreau du Québec et le gouvernement du Québec. Elle a aussi agi comme représentante du Barreau dans le cadre de l'adoption de la Politique nationale de lutte à l’itinérance par le gouvernement du Québec et elle siège au comité interne du Programme d'accompagnement justice itinérance à la Cour municipale de Montréal (PAJIC). 

Nouvelles

Historique de la Faculté

L'honorable Gérald Fauteux, juge à la Cour suprême du Canada, et plus tard juge en chef de cette Cour, initie la création de la Faculté de droit en 1953.

Lire la suite

Ordre du mérite

La plus haute distinction de la Section de droit civil, remise à ses diplômés et diplômées pour reconnaître et souligner officiellement leurs succès professionnels et leurs importantes réalisations.

Liste des lauréat(e)s

Haut de page