Un diplômé de la Section choisi à la Cour suprême du Canada

Publié le jeudi 20 mars 2014

Pascal McDougall

Un diplômé de la Section de droit civil a été retenu pour effectuer un stage à la Cour suprême du Canada pour l’année 2015-2016.

Pascal McDougall (LL.L. 2011) travaillera auprès du ou de la successeur(e) du juge Louis LeBel ou du juge Morris J. Fish. La juge en chef Beverley McLachlin l’a appelé pour lui faire part de cette excellente nouvelle, au terme d’un processus de sélection pendant lequel les candidats potentiels ont été conviés à une série d’entrevues avec les différents juges intéressés par leur candidature.

Le doyen de la Section de droit civil, Sébastien Grammond, a tenu à le féliciter : « Je suis très fier qu’un de nos diplômés soit choisi pour un tel poste.  J’ai toujours été frappé par les grandes qualités intellectuelles et humaines de Pascal.  Il mérite entièrement un tel stage ».

Pascal détient une Licence en droit (LL.L.) de l’Université d’Ottawa et une maîtrise en droit (LL.M.) de l’Université de Toronto. Il a été admis à la Faculté de droit de Harvard pour y compléter une maîtrise en droit avant son mandat à la Cour. Tout au long de ses études, Pascal s’est impliqué dans de nombreuses activités de recherche et dans des initiatives visant à promouvoir l’accès à la justice et la lutte contre les inégalités. À titre de coordonnateur de la Chaire de recherche de l’Université d’Ottawa sur le pluralisme juridique et le droit comparé de la professeure Pascale Fournier, par exemple, il a œuvré à organiser une conférence internationale et a contribué à la coordination de deux numéros spéciaux de revues scientifiques consacrés à la lutte aux discriminations raciales et à l’analyse de la condition socioéconomique des femmes issues de minorités. Pascal a par ailleurs été co-auteur de six articles académiques avec la professeure Fournier et a présenté leurs travaux communs dans le cadre de trois conférences au Canada et en Europe. La professeure Fournier, avec qui Pascal a travaillé pendant plus de trois ans, n’a que des éloges pour ses réalisations : « Les mots me manquent pour décrire la polyvalence exceptionnelle, l’excellence soutenue et  le perfectionnisme de Pascal. Je suis convaincue que son passage à la Cour n’est qu’un pas vers une longue et brillante carrière, tant au niveau des opportunités internationales que des occasions de contribuer à un monde plus juste. Quelle fierté pour la Section ! ».

Pascal complète actuellement son stage du Barreau du Québec au Service juridique de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), à Montréal. « C’est un grand honneur pour moi d’être appelé à contribuer au travail d’un ou une juge de la Cour suprême », affirme le jeune homme. « Je crois aussi que ma sélection témoigne du fait qu’il est possible pour les étudiants en droit de s’écarter du parcours traditionnel des grands cabinets et de tout de même accéder à des postes prestigieux. Plusieurs des juges de la Cour suprême étaient très intéressés par mon travail juridique pour la CSN, cette organisation qui nous a donné des figures historiques inspirantes comme l’intellectuel et juriste Pierre Vadeboncoeur et l’homme d’action Michel Chartrand. Il ne faut pas regarder uniquement du côté des grands cabinets mais oser explorer des milieux juridiques non conventionnels. L’important, c’est de suivre ses valeurs ! ».

Haut de page