Nos boursiers PIRPC pour la session d'hiver 2015

Publié le vendredi 23 janvier 2015

PIRPC

Le programme d’initiation à la recherche au premier cycle (PIRPC) offre aux étudiantes et étudiants de premier cycle des occasions uniques et stimulantes de se familiariser avec la recherche d’avant-garde qui se fait à l’Université d’Ottawa, tout en réfléchissant à leurs orientations et à leurs objectifs professionnels.

En participant au Programme d’initiation à la recherche au premier cycle, les étudiants reçoivent une bourse de 1000 $ et consacrent au moins 50 heures pendant une session à un projet de recherche mené par un professeur-superviseur qu’ils auront choisi. Les professeurs-superviseurs qui participent au PIRPC reçoivent 500 $ en fonds de recherche.

Voici la liste des boursiers PIRPC de la Section de droit civil pour l'hiver 2015 :

  • L'étudiante Geneviève Favreau, et la professeure Michelle Giroux, pour un projet qui vise à analyser le modèle de consentement présumé en matière de don d'organes. Par exemple, les pays européens sont les chefs de file en matière de don d'organes et plusieurs ont adopté un modèle de consentement présumé de don d'organes. Les questions qui seront explorées dans ce projet de recherche sont: Est-ce que l'adoption d'une présomption de consentement en matière de don d'organes dans un système juridique comme celui du Québec augmenterait le nombre de dons? Un modèle juridique plus efficace permettrait-il d'augmenter l'offre d'organes pour combler les demandes? Ce projet de recherche propose d'explorer les effets qu'aurait la présomption de consentement en matière de don d'organes au Québec.
  • L'étudiante Élizabeth Innis-Triboul, et le professeur Vincent Caron, pour un projet qui vise à étudier la problématique de l'obsolescence programmée de certains produits électroniques, plus particulièrement, le rôle que peut jouer le droit des contrats afin de combattre ce fléau. Ainsi, il vise à vérifier si la législation actuelle (ex: Code civil du Québec, Loi sur la protection du consommateur, etc.) offre des outils efficaces pour protéger le consommateur, mais également l'environnement contre cette pratique malhonnête. 
  • L'étudiante Kim Shunghyo, et la professeure Julie Paquin, pour un projet de recherche à propos d'un réçent arrêt de la Cour d'appel du Québec (Walker c Norcan) portant sur l'indemnité à verser à un travailleur ayant conclu un contrat de travail à durée déterminée. Au moyen d'une analyse détaillée du droit antérieur, il s'agira de déterminer les implications potentielles de cet arrêt sur les pratiques en matière de résiliation des contrats de travail. 
  • L'étudiante Zoe Schipper, et la professeure Muriel Paradelle, pour un projet qui visera à répondre à la question suivante: Comment résoudre juridiquement l'énigme du crime de disparition, pour lequel il n'y a point de victime, puisque celle-ci est appréhendée en tant que personne disparue et non en tant que personne défunte? Autrement dit, comment, en l'absence d'un corps-preuve qui atteste matériellement du crime, le droit peut-il se saisir de celui-ci pour établir les faits, juger les resposables, et le faire cesser? L'étudiante étudiera cette question à partir de l'analyse de la politique arrêtée par l'actuel gouvernement agrentin pour faire face aux disparitions forcées, massivement pratiquées durant la dictature de 1976 à 1983.  
  • L'étudiant James Trougakos, et le professeur Pierre Foucher, pour un projet portant sur les privilèges parlementaires au XXIe siècle en droit constitutionnel canadien. À la lumière des événements de 2014 (dont notamment la sécurité à l’intérieur des édifices du Parlement à la lumière de l’attaque survenue à la mi-octobre, ou encore les allégations de harcèlement sexuel à l’encontre de deux députés de la Chambre des communes au début novembre 2014), la recherche vise à scruter la notion de privilège parlementaire, son opérabilité, sa pertinence et se questionner sur la nécessité ou non de la moderniser en vertu de la primauté du droit.

Félicitations à tous nos boursiers!

Haut de page