Professeure Pascale Fournier élue au Collège de la Société Royale du Canada

Publié le mardi 13 septembre 2016

Auteur : Suzie Cusson

Pascale Fournier, Professeure titulaire à la Section de droit civil de l’Université d’Ottawa et détentrice de la Chaire de recherche sur le pluralisme juridique et le droit comparé, est élue à titre de membre de la cohorte 2016 du Collège de nouveaux chercheurs et créateurs en arts et en science de la Société royale du Canada (SRC). Son intronisation à cette prestigieuse institution nationale sera officialisée lors d’une cérémonie le 18 novembre 2016, à Kingston, en Ontario. La professeure Fournier se joindra ainsi à près de quatre-vingts nouveaux élus à la SRC dont les réalisations remarquables dans les domaines de la recherche, des arts et des sciences seront soulignées cette année.

Inauguré en 2014, le Collège représente « le premier régime national au Canada pour la reconnaissance multidisciplinaire de la nouvelle génération de leadership intellectuel canadien ». Il a pour mandat de reconnaître l’excellence de la nouvelle génération de leaders dans la recherche, les arts et les sciences en les rassemblant à un stade très productif de leurs carrières, ouvrant ainsi la voie à la réalisation de nouvelles avancées dans les connaissances grâce à l’interaction de divers points de vue intellectuels, culturels et sociaux. Les membres, qui auront obtenu leur doctorat ou un diplôme équivalent dans les quinze dernières années, seront élus au Collège pour une période de sept ans.

Détentrice d’un doctorat en droit de l’Université Harvard, la professeure Fournier est reconnue mondialement comme une spécialiste des interactions entre le droit et la religion dans une perspective féministe. Chef de file dans son domaine, elle est fréquemment invitée par divers organismes nationaux et internationaux pour parler de l’accessibilité à la justice pour les femmes évoluant dans des contextes culturels divers au Canada et ailleurs dans le monde. Elle est considérée comme l’une des juristes universitaires les plus réputées de sa génération, en raison de ses recherches empiriques sur le terrain en Amérique du Nord, en Europe et au Moyen-Orient et de ses publications interdisciplinaires innovatrices. Les écrits les plus récents de la professeure Fournier explorent le droit religieux et civil en France et en Angleterre, ainsi que la procédure civile au Québec.

Le critère d’élection étant l’excellence, la candidature de la professeure Fournier a été proposée par l’honorable Nicholas Kasirer de la Cour d’appel du Québec et a été retenue à la suite d’un rigoureux processus d’évaluation par les pairs dirigé par un groupe composé de membres de la SRC et du Collège.  L’élection de Pascale Fournier en tant que membre du Collège de la Société royale canadienne témoigne d’une « reconnaissance nationale exceptionnelle » attribuée à ses nombreuses réalisations, tout en soulignant la créativité de ses recherches « au-delà des frontières établies, à travers une expérimentation nécessitant de nouvelles perspectives théoriques et de nouveaux outils méthodologiques. »

Des professeurs de la Section de common law ont aussi été choisis à titre de nouveaux membres du Collège de nouveaux chercheurs et créateurs en arts et en science de la Société royale du Canada.

Jane Bailey

Jane Bailey aborde le droit et la technologie d’un point de vue innovateur prônant l’égalité. Ses recherches traitent de l’impact de la propagation de la haine en ligne, de la pornographie juvénile, de la cyberintimidation et de la diffusion d’images intimes sans consentement sur le droit à la vie privée et les droits d’expression des groupes revendiquant l’égalité. La professeure Bailey cherche à mettre en place des environnements favorisant l’égalité dans les espaces en ligne, plus précisément pour les jeunes femmes et la jeunesse vulnérable.

Chidi Oguamanam

Chidi Oguamanam est un chercheur en propriété intellectuelle reconnu à l’échelle mondiale. Ses recherches portent sur le regroupement d’enjeux dans la gouvernance mondiale du savoir et explorent la marginalisation du droit dans les cadres de connaissances alternatifs. Il est un pionnier en ce qui concerne la reconnaissance du pluralisme épistémique dans la production de connaissances en tant que fondement d’un ordre équitable en matière de propriété intellectuelle. Ses recherches ont d’importantes répercussions sur la renégociation des intérêts où les savoirs scientifiques formel et informel s’entrecroisent.

Félicitations aux professeurs Fournier, Bailey et Oguamanam !

Collage des photos des professeurs Oguamanam, Bailey et Fournier.

[De gauche à droite: Professeur Oguamanam, Professeure Bailey et Professeure Fournier.]

 

Haut de page