Les récipiendaires de l’Ordre du mérite 2019

Publié le mardi 27 août 2019

À la Section de droit civil, nous sommes fiers de tous nos diplômés; ils entreprennent tous et toutes de belles carrières en droit, mais aussi dans moult domaines connexes. Certains de ces diplômés se démarquent de façon extraordinaire et chaque année, la Section remet l’Ordre du mérite à des diplômés qui sont de véritables chefs de file dans leurs secteurs respectifs et qui contribuent au rayonnement de la Section.

Les récipiendaires de l’Ordre du mérite pour l’année 2019 sont :
 

Kevin Gilmore  

Kevin Gilmore

 Kevin Gilmore a obtenu sa licence en droit de la Section de droit civil en 1986 avec la mention cum laude. La Section de common law lui remettait son J.D en 1987 avec la mention magna cum laude. Il est aussi titulaire d’un certificat en finances de l’Université de Chicago.

Il a débuté sa carrière d’avocat chez Martineau Walker, à Montréal. Il a ensuite été associé au cabinet d’avocats Latham & Watkins, à Los Angeles. Il a ensuite joint les rangs de The Walt Disney Company; c’est lui qui, en 1991, a été mandaté pour mener la stratégie et les négociations dans l’obtention de la concession des Mighty Ducks d’Anaheim dans la Ligue Nationale de Hockey (LNH).

De 1996 à 1998, il agit comme vice-président aux affaires corporatives de la compagnie Anaheim Sports Inc., propriétaire des Mighty Ducks (LNH) et des Angels (Major League Baseball) où il a la responsabilité de l’aspect juridique des deux clubs et du stade d’Anaheim. Il est donc en charge des négociations de licences, des droits de diffusion et des ententes publicitaires, ainsi que des négociations contractuelles avec les joueurs des deux équipes professionnelles.

En 1998, il lance Professional Sports Advisors Group, une firme de consultants ayant des clients au sein des trois grandes ligues sportives nord-américaines (LNH, MBL et NFL).

De 1999 à 2006, il était vice-président des opérations hockey et assistant directeur général pour les Kings de Los Angeles. Il avait en plus les fonctions de gouverneur et de directeur général des Monarchs de Manchester, le club-école des Kings.

De 2006 à 2009, il agit comme vice-président principal au développement corporatif et à la planification stratégique avec Anschutz Entertainment Group (AEG), où il supervise les initiatives liées au développement de l’entreprise au sein de opérations globales d’AEG, dont le développement d’infrastructures sportives et de projets de quartiers de divertissement à Shanghai et à Guangzhou, en Chine, de même qu’un projet d’amphithéâtre à Beijing (Pékin).

On le retrouve ensuite chez les Canadiens de Montréal, de 2011 à 2016, où il gère les partenariats corporatifs, les ventes et le marketing. Il veille aussi au développement de nombreux projets du Groupe CH, dont le renouvellement des droits de télédiffusion, la création de la docu-série 24CH, la mise en place du Club 1909 et la mise en chantier du développement immobilier des tours I et II des Canadiens, au centre-ville de Montréal, au sud du quartier des Affaires.

Après 2016, Kevin Gilmore fournit des services-conseils dans le monde du sport, des médias et du divertissement à travers l’Amérique du Nord en tant que fondateur de 4Sport Consulting. Il est aussi membre des conseils d’administration de la Ligue canadienne de hockey féminin et du Comité olympique canadien.

En janvier 2019, lorsqu’il a été nommé Président et chef de la direction de l’Impact de Montréal (MLS) et du Stade Saputo, il a déclaré que sa priorité était de faire de l’Impact un club modèle dans le sport professionnel.

 

Marie-Hélène Lajoie 

Marie-Hélène Lajoie

Marie-Hélène Lajoie est membre du Barreau du Québec depuis 1995. Elle a obtenu sa licence en droit civil en 1994.

Pendant ses études à la Section, elle s’est démarquée en remportant deux prix : le Prix de l’étudiante ayant obtenu la meilleure moyenne au cours de l’année académique 1992, et le Prix de l’étudiante s’étant le plus illustrée en plaidoirie lors du Tribunal-école en 1993.

Madame Lajoie débute sa carrière à la Formation permanente du Barreau du Québec où elle donne des cours en 1995. De 1995 à 2000, elle est avocate au sein des cabinets Bédard, Saucier avocats, et Bédard Saucier Lajoie avocats. Parallèlement, elle revient à la Section de droit civil, où elle est chargée de cours de 1995 à 2001. Elle dispense alors l’enseignement appliqué aux étudiants de 3e année qui participent aux différents concours de plaidoiries.

Débute ensuite une fructueuse carrière dans le monde municipal gatinois, où elle ne cesse de gravir les échelons. Tout d’abord chef du service du contentieux pour la Ville d’Aylmer de 2000 à 2002 (les villes d’Aylmer, de Gatineau, de Hull et de Masson-Angers ont été fusionnées en 2002 pour former l’actuelle Ville de Gatineau), elle devient ensuite directrice du Service des affaires juridiques et du contentieux, de 2002 à 2004.

Pour les trois années suivantes, elle est directrice générale adjointe, puis directrice générale par intérim en 2007 et 2008.

En 2008, elle devient directrice générale adjointe des Services de proximité, toujours à la Ville de Gatineau, poste qu’elle occupera jusqu’en 2013.

En 2013, elle est nommée directrice générale de Gatineau. Elle est alors la première femme à occuper cette fonction névralgique parmi les 10 villes les plus importantes au Québec.

En 2016, elle devient aussi la première femme à présider l’Association canadienne des administrateurs municipaux en 2016, après y avoir siégé depuis 2011.

En plus de ses responsabilités professionnelles, Me Lajoie démontre son leadership et son engagement envers la communauté, notamment grâce à son implication au sein du conseil d’administration du Centre de santé et des services sociaux de Gatineau (CSSS) et au sein du conseil d’administration de la Fondation du CSSS. Elle est aussi présidente du comité de vigilance du CSSS. Le tout depuis 2010. Elle a été membre de plusieurs autres C.A. et comités entre 1995 et 2007, dont le comité organisateur du Concours de plaidoirie Pierre-Basile-Mignault en 1999-2000.

Selon l’actuel maire de Gatineau, « elle aura probablement été la seule directrice générale d’une grande ville québécoise – voire canadienne, à devoir mener son organisation à travers trois sinistres majeurs en trois ans, soit les inondations de 2017 et 2019, ainsi que la tornade de septembre 2018. » Grâce à son leadership, la Ville de Gatineau a agi avec efficacité et ses opérations d’urgence sont aujourd’hui citées en exemple à travers le Canada.

 

Naiomi Walquan Metallic
Naiomi Metallic

Naiomi Metallic

Naiomi Metallic est originaire de la communauté mi’gmaq de Listuguj située dans le district Gespegewagi du Mi’kma’ki, sur la côte gaspésienne au Québec. Elle est professeure adjointe à la Schulich School of Law de l’Université Dalhousie, à Halifax où elle est également titulaire de la Chaire du Chancelier en droit et politique autochtones (Chancellor’s Chair in Aboriginal Law and Policy). Elle est membre du comité aviseur de l’Institut Yellowhead sur la gouvernance autochtone à l’Université Ryerson.

Naiomi Metallic est diplômée du programme national – LL.L. et J.D – de la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa, qu’elle a terminé en 2006 avec la mention summa cum laude. Elle a aussi remporté l’une des deux bourses du très honorable Brian Dickson, attribuées aux deux étudiants ayant obtenu le rendement scolaire le plus élevé pour la dernière année du programme national. Elle avait préalablement obtenu un Baccalauréat en droit de la Schulich School of Law de l’Université Dalhousie (2002 à 2005), ainsi qu’un Baccalauréat combiné en anglais et philosophie en 2002 (également de l’Université Dalhousie) qui lui a permis de voir son nom inscrit au tableau d’honneur du doyen, de même qu’une maîtrise en droit de l’Université York (Osgoode Hall School).

Pendant ses études universitaires, Madame Metallic devient à tour de rôle chercheure étudiante au Bureau de l’équité en emploi de l’Université Dalhousie (2001 à 2005) et assistante-chercheure auprès du professeur Archie Kaiser dans un cours sur la santé mentale en 2003. En 2005-2006, elle est assistante de recherche de la professeure Anne-Françoise Debruche, de la Section de droit civil, dans un projet portant sur la Cour européenne des droits de l’homme.

Pendant l’année 2006-2007, elle est auxiliaire juridique pour l’honorable Michel Bastarache, juge à la Cour suprême. Elle est ensuite recrutée par le cabinet Burchells LLP à Halifax en Nouvelle-Écosse en 2017-2018, puis est nommée avocate-associée de 2008 à 2016, où elle agit encore aujourd’hui comme conseillère.

Au cours des dernières années, la professeure Metallic s’est distinguée en siégeant au Comité de liaison entre la magistrature, l’Association du Barreau autochtone et le Barreau en droit des autochtones de la Cour fédérale du Canada et en tant que membre de l’Association des juristes d’expression française de la Nouvelle-Écosse. Elle est également membre du Comité d’expert sur la police autochtone du Conseil des académies canadiennes, ainsi que du Conseil d’administration du Barreau autochtone.

En 2018, Madame Metallic a été nommée « Meilleure avocate au Canada » pour son travail en droit autochtone. La même année, elle a reçu le Prix de l’Association des diplômés en droit de Dalhousie, de même que le Prix de la Société des étudiants en droit pour l’excellence en enseignement. Toujours en 2018, elle a fait partie de la liste des 25 avocats ayant le plus d’influence selon le Canadian Lawyer’s Magazine.

Spécialiste de droit constitutionnel et administratif et de droit à l’égalité, Naiomi Metallic est convaincue que le droit peut servir à améliorer la qualité de vie des Premières nations et permettre le rapprochement des communautés dans le processus de réconciliation.

 

La doyenne de la Section de droit civil, Marie-Eve Sylvestre, a déclaré : « Je suis vraiment très fière de souligner les parcours exceptionnels de ces trois diplômé(e)s de la Section de droit civil ! Engagés dans le milieu du sport professionnel, de l’administration municipale et dans le monde universitaire et autochtone, leur cheminement respectif illustre merveilleusement bien toute la diversité des carrières de nos diplômés et sont une source d’inspiration pour nos étudiantes et nos étudiants. Félicitations aux trois récipiendaires ! »
 

 

Pour en savoir plus sur l’Ordre du mérite, notamment sur le processus de mise en candidature, consultez la page Ordre du mérite de notre site web.

Haut de page