La Section de droit civil amorcera l’année avec quatre nouveaux professeurs réguliers!

Publié le mardi 20 août 2019

La Section de droit civil est très fière d’annoncer l’arrivée de quatre nouveaux professeurs réguliers dans les domaines du droit privé et du droit public. En plus d’enseigner des cours de base, ces nouveaux professeurs enseigneront également des cours optionnels dans des domaines de pointe comme l’intelligence artificielle, le droit du numérique, le droit agroalimentaire et le droit constitutionnel comparé.

 

Sarah Berger Richardson, Céline Castets-Renard, Marie-France Fortin et Jérémie Torres-Ceyte

 

Sarah Berger Richardson était durant la dernière année boursière Schulich et Visiting Fellow à l’Université Dalhousie à Halifax et elle est sur le point d’obtenir son doctorat en droit à l’Université McGill. Elle détient une maîtrise (mention summa cum laude) de l’Université de Tel Aviv (2013-2014) ainsi qu’un baccalauréat en droit civil et common law de l’Université McGill (2008-2011). Durant son parcours universitaire exceptionnel, elle a reçu de nombreux prix, bourses et subventions, notamment la bourse Joseph-Armand Bombardier du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (2015-2018). Elle partage déjà avec la communauté le fruit de ses travaux scientifiques par la publication de nombreux articles avec comités de lecture et par la présentation de conférences dans des colloques nationaux et internationaux. Ses recherches portent sur des thèmes importants que l’Université d’Ottawa souhaite développer, notamment la réglementation et les politiques relatives à l’industrie agro-alimentaire et à l’agriculture.  Sarah Berger Richardson entretient déjà d’importants liens avec des organismes publics et parapublics dans le domaine.

Céline Castets-Renard est professeure à l’Université Toulouse Capitole en France depuis 2012, où elle avait auparavant été maître de conférences en droit privé de 2002 à 2012. Elle est titulaire de la Chaire du gouvernement français Law, Accountability and Social Trust in Artificial Intelligence. En plus de son rattachement à l’Université de Toulouse, elle a été professeure invitée en 2011-2012 à l’Université de Nouvelle-Calédonie où elle a mené des travaux de recherche sur la protection des savoirs autochtones. En 2015, elle a été nommée membre junior du prestigieux Institut universitaire de France. Cette nomination de cinq ans lui a permis de mettre l’accent sur son programme de recherche qui porte sur la régulation du numérique, mais également de réaliser un séjour de recherche aux États-Unis à la Fordham Law Schooloù elle a été récipiendaire d’une bourse Fulbright, puis à l’Université Yale où elle a travaillé au Internet Society Project. Ses travaux de recherche portent généralement sur le droit et la régulation du numérique dans des domaines variés de droit privé allant de l’impact de la technologie sur les contrats et la responsabilité civile à la propriété intellectuelle, à la protection des données personnelles, au commerce électroniques, en passant par les questions éthiques liées à la régulation des voitures autonomes et la cybersécurité.  En 2009, elle a publié le premier ouvrage français en droit de l’internet. Elle compte aussi plusieurs publications ainsi que de nombreuses présences à des colloques. Au cours des dix dernières années, elle a tissé plusieurs liens avec le Canada. En 2010, elle était professeure invitée à la Faculté de droit de l’Université Laval et est aujourd’hui membre du Conseil scientifique de la Chaire Wilson à l’Université de Montréal, dont le professeur Vincent Gautrais est titulaire. Céline Castets-Renard a aussi développé des liens étroits avec les membres du Centre de recherche en droit, technologie et société à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa; elle y a d’ailleurs été nommée chercheure régulière en juin dernier. Elle enseignera cette année des cours portant sur l’intelligence artificielle et la robotique ainsi que sur le droit privé du numérique.

Marie-France Fortin est en voie de compléter son doctorat à l’Université Cambridge. Sa thèse porte sur le thème suivant: « A Historical Constitutional Approach to The King Can Do No Wrong: Revisiting Crown Liability». Elle est diplômée de l’Université Laval, terminant première de sa promotion avec mention profil international (Université Paris II Panthéon-Assas). Elle a par la suite obtenu une maîtrise en droit à l’Université de Cambridge et à l’Université Harvard. Récipiendaire de plusieurs prix et bourses dont la bourse de l’Institut canadien d'études juridiques supérieures, la bourse de la Fondation Frank Knox Memorial et la bourse doctorale de la Fondation Pierre Elliott Trudeau, elle s’intéresse notamment au droit constitutionnel et au droit constitutionnel comparé, à l’histoire et aux fondements du droit et au droit administratif. Ses articles et présentations portent sur la couronne et l’immunité de celle-ci. Marie-France Fortin a été auxiliaire juridique auprès de l’Honorable Morris J. Fish à la Cour suprême du Canada en 2007-2008 et a travaillé en pratique privée au sein de cabinets d’envergure nationale ainsi que pour divers organismesgouvernementaux, tant au provincial qu’au fédéral. Elle est membre du Barreau du Québec depuis 2007. 

Jérémie Torres-Ceyte a obtenu son doctorat en droit, avec mention d’excellence, à l’Université de Montréal et de Aix-Marseille (en cotutelle) en 2016. Sa thèse porte sur les interactions entre le droit privé et le droit de la personne. Il a remporté en 2017 le Prix Henri Capitant (section Québec) pour la meilleure thèse en droit civil. Il a pratiqué dans un cabinet national canadien, où il était responsable du département de la recherche et des programmes étudiants. Jérémie Torres-Ceyte compte à son actif de nombreuses publications et conférences. Il a offert plusieurs charges de cours à l’Université de Montréal, l’Université Aix-Marseille et chez nous, à la Section de droit civil. Son enseignement a été très apprécié. Il enseignera des cours en droit privé, notamment en droit des obligations et en droit des biens.

La doyenne de la Section de droit civil, Marie-Eve Sylvestre, est enchantée de ce recrutement exceptionnel : « Quel groupe inspirant de chercheur.e.s!, a-t-elle déclaré. « L’arrivée de ces quatre nouveaux professeurs consacre le leadership de la Section de droit civil et de la Faculté de droit en droit privé, droit et intelligence artificielle et droit public et fédéral et lui permettra de réaliser ses objectifs stratégiques menant à une transformation de l’enseignement du droit et la recherche engagée dans la communauté. »  

Nous leur souhaitons toutes et tous la bienvenue!

Haut de page