Collaboration avec Jurivision

La Revue générale de droit annonce avec enthousiasme la production de publications visuelles!

Ce projet novateur est le fruit d’une collaboration avec Jurivision, une initiative de la Section de droit civil, Faculté de droit de l’Université d’Ottawa, et un soutien financier du CRSH (Aide aux revues savantes). La production de courtes publications visuelles sur des articles parus dans la Revue vise à assurer une mobilisation accrue des connaissances issues de la recherche en droit ou sur le droit, tout en mettant en valeur les auteur.e.s qui choisissent d’y publier leurs travaux. Le lancement de ce projet a comme objectif d’augmenter l’impact de la recherche et de stimuler le développement de solutions sur divers enjeux juridiques présents dans la société et qui font l’objet de publications dans la Revue.

La première publication visuelle porte sur un sujet de grande actualité. Elle est tirée de l’article du professeur Ghislain Otis, intitulé « Les droits ancestraux des peuples autochtones n’ayant pas signé la Convention de la Baie-James : la thèse de l’extinction unilatérale à l’épreuve des droits fondamentaux », paru dans notre revue (2021) 51:1 RGD 5-66.

Voici une brève description de ce texte, pour vous inviter à visionner cette production et à lire cet article :

Il y a près de 45 ans, la loi de mise en œuvre de la Convention de la Baie-James éteignait les droits des peuples autochtones sur un territoire de 1 082 000 kilomètres carrés. Certains peuples autochtones non signataires revendiquent toujours leurs droits sur ce territoire.Le professeur de droit Ghislain Otis met cette extinction unilatérale à l’épreuve des droits fondamentaux.

//www.youtube.com/embed/h4414DrRReU?wmode=transparent&jqoemcache=61mNlhttps://www.youtube.com/watch?v=h4414DrRReUnonefalsenoresize16:9undefinedundefinedcenter

D’autres publications visuelles suivront et mettront en valeur des articles parus dans la Revue (2021) 51 :1.

La prochaine est en montage et mettra en vedette l’article de Shana Chaffai-Parent, doctorante et Catherine Piché, professeure, toutes deux de l’Université de Montréal, pour leur texte « La primauté de l’efficacité dans l’administration d’une justice en crise : solutions judiciaires en perspective nord-américaine » (2021) 51:1 RGD 161-200.

Haut de page